Le Groupe CHIMIREC, fournisseur d’énergie responsable : le combustible de substitution énergétique

fournisseur energy, cse

Alors que le coût des matières premières connaît une forte inflation, que le prix du baril de pétrole n’en finit pas de flamber, une troisième problématique est apparue. Celle de l’indépendance énergétique qui est mise en exergue par la guerre en Ukraine et la question de l’approvisionnement en gaz russe. Parallèlement, le récent rapport publié par le GIEC pointe, une fois de plus, l’urgence de la transition énergétique.

Dans ce contexte plus que tendu, le combustible de substitution énergétique (CSE), et les potentialités qu’il offre, suscite un intérêt croissant. Pour CHIMIREC, cet intérêt remonte à 2013, date laquelle le Groupe a mis en place la première ligne de production de CSE sur le site de sa filiale française CHIMIREC Javené. Récemment, CHIMIREC Beaucaire s’est également lancé dans la fabrication de CSE.

Fort de cette expertise acquise dans l’Hexagone, le Groupe a pu exporter son savoir-faire dans ses filiales internationales : au Maroc. Dans ces deux pays, les demandes locales sont en croissance constante et la qualité du CSE fourni par nos filiales marque sa différence sur le marché, notamment en raison de son fort pouvoir calorifique. En conséquence de quoi, des projets de développement sont actuellement en cours afin d’augmenter les capacités de production de CSE.

Pour nos implantations au Canada et en Pologne, l’attrait pour cette énergie de récupération existe aussi bel et bien dans ces pays. Le Groupe CHIMIREC met tout en œuvre pour qu’elles soient très bientôt dotées des outils de production nécessaires à la fabrication du CSE.

Un nouveau regard porté sur le CSE

En quelques décennies, le regard porté sur le secteur de la gestion des déchets a radicalement évolué. La sensibilisation à la préservation de l’environnement, à l’économie des ressources naturelles, toute comme la nécessaire réduction de l’empreinte carbone générée par les activités humaines, ont conduit à la prise de conscience que nous devons abandonner un mode d’économie linéaire au profit d’une économie circulaire. En toute logique, cet état de fait a largement contribué à reconnaître et valoriser le rôle essentiel des métiers de gestion des déchets. Et qui plus est, des déchets dangereux.
Dès son origine, sans y être contraint par quelque législation environnementale que ce soit, le Groupe CHIMIREC a eu pour philosophie de rechercher dans tout déchet collecté, les possibilités de valorisation, de recyclage, voire de réemploi. S’inscrire dans une démarche de développement durable, devenir acteur de l’économie circulaire font partie des objectifs propriétaires du Groupe, dans la droite ligne de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015.


Les trois atouts essentiels du CSE

  • Faire des déchets une ressource énergétique
    Chez ses clients industriels, CHIMIREC collecte les résidus de peinture, les boues industrielles et d’hydrocarbures, les colles et les mastics, les emballages et matériels souillés ou encore les matières filtrantes qui proviennent du traitement des filtres à huile. Ce sont des déchets à fort pouvoir calorifique. Plutôt que de les stocker en décharge, CHIMIREC en fait un combustible de substitution au pétrole qui peut être utilisé, notamment, par les cimentiers et les producteurs de vapeur.

  • Décarboner les activités industrielles
    Le recours au CSE permet aux industries de minimiser l’empreinte carbone de leurs activités. La performance énergétique de ce combustible de récupération engendre effectivement à une baisse conséquente de consommation de pétrole.

  • Contribuer à l’indépendance énergétique
    À l’heure où la question de l’indépendance énergétique se pose avec une acuité croissante, le CSE présente le double avantage de répondre aux critères de l’économie circulaire tout en constituant une opportunité énergétique non négligeable.

 

Le Groupe CHIMIREC et le CSE

En 2021 :

  • En France : 26 000 tonnes/an de déchets ont été valorisés en combustible de substitution énergétique.
  • À l’international : 65 000 tonnes/an de déchets ont été valorisés en combustible de substitution énergétique.

Soit une économie d’environ 40 000 TPE (Tonne Équivalent Pétrole).

Parution : 26/04/2022

Fil RSS